Présentation

 

"Le terrain entouré d'eau" (signification étymologique) est riche en patrimoine :

Le Monument aux Morts (1920), le château Rondeaux (ancien maire du XIXe), le patrimoine industriel (la filature Demarest (XIXe), l'espace Grenier...) ainsi que le patrimoine "classique" (gare (1847), église...). 

Elle a connu une révolte ouvrière en 1825

 

En images

 

IMG_3071

 

 

Le foyer communal

 

 

Img_3075

 

 

 

Son logo

 

 

IMG_3077

 

 

Vue générale du centre ville

 

 

lehoulme

 

 

 

 

 

L'église Saint Martin (XIX - XXe) avec des vitraux du XIXe sur une plus ancienne.

 

 

Espace Gilbert Grenier (ancien maire du Houlme 1977 2001)

 

IMG_3070

 Jusqu’au milieu du XVIIIe, la laine demeure la principale matière première utilisée pour la fabrication de fil et de tissu. Cependant, celle-ci va connaître, avec le coton, un concurrent redoutable dont le travail va se traduire par l’émergence d’une importante industrie le long du Cailly.

Alors que la laine demeure une fibre indigène, le coton ne peut se développer que sous un climat chaud ce qui nécessite de l’importer, notamment d’Amérique. Au début du XIXe, le rouennais J. Levavasseur est un assureur et un armateur maritime puissant qui possède une flotte de navires armée au Havre pour le commerce transatlantique. En 1811, fort de ces activités liées à la mer, l’homme décide de se lancer dans l’industrie textile, notamment la filature de coton dont il assure l’importation d’Amérique à l’aide de ses navires. A l’image de ses concurrents, Levavasseur décide de s’implanter le long des rives du Cailly sur la commune du Houlme. L’entrepreneur fait construire une vaste usine utilisant à la fois l’énergie hydraulique fournie par le Cailly et une machine à vapeur pour faire fonctionner ses métiers. Ne manquant pas de capitaux, il ne lésine pas sur la qualité architecturale des bâtiments : entrée monumentale, frontons armoriés, écusson. Avec la fin du blocus continental imposé par la marine anglaise sur la France après la chute de Napoléon, en 1815, le commerce transatlantique est pleinement rétabli ce qui facilite les importations de coton et le travail de la filature. L’usine va alors employer plus d’une centaine d’ouvriers. Belle activité interrompue en juillet et août 1825 par un puissant mouvement de grève au sein des ouvriers du textile de la région qui réclament des augmentations de salaire. J Levavasseur, symbole de l’intransigeance du patronat textile, cristallise contre lui toute la colère ouvrière. Le Houlme est le témoin d’affrontements violents entre forces de l’ordre et manifestants. Morts, répressions et arrestations vont tragiquement marquer les débuts de la longue lutte des ouvriers du textile pour améliorer leurs conditions de vie.

A la mort de J. Levavasseur en 1842, l’usine passe entre les mains de son fils Charles Louis, puisses héritiers jusqu’en 1921.

 

 La gare

 

La ligne qui relie à partir de 1847 Rouen au Havre à  travers la campagne cauchoise est dotée de 30 bâtiments pour l’accueil des voyageurs. Edifiées à l’origine dans un style anglais, ces gares ont été depuis pour la plupart reconstruites. Celle de Malaunay Le Houlme fait partie des rares à dater du début des chemins de fer dans notre région.

Comme l’ensemble des travaux liés à la construction et à l’équipement de la voie de chemin de fer reliant Rouen au Havre, l’aménagement des gares est effectué par des Anglais. La conception des gares implantées le long de la ligne est confiée à l’architecte William Tite. Celui-ci s’est déjà rendu célèbre avec la conception des gares de Southampton, Windsor en Angleterre ou Edimbourg en Ecosse. Le parti pris architectural pour la construction des bâtiments, que l’on nomme dans un premier temps « station », comme en Angleterre, est celui dicté par le mouvement néogothique baptisé « style Tudor » très en vogue outre Manche. Ce style se caractérise par des moulures gothiques, des fenêtres et meneaux de pierre, des linteaux de porte en arc brisé, des pignons à crossettes, des balcons et la présence de bow window qui sont des fenêtres en saillie sur le parement d’un mur de façade. Dotée de tous ses éléments de décoration, la gare de Malaunay Le Houlme, construite en 1846, fait irrésistiblement penser à un cottage de la fin du Moyen Age transplanté de la campagne anglaise au bord de la voie de chemin de fer Rouen Le Havre.

Restaurée en 2000 et 2001, la gare offre par son architecture originale (avec celles de Maromme et de Harfleur construites dans le même style), l’un des éléments les plus visibles pour le public de l’origine anglaise de la ligne.

Positionnée au point 148 de la voie (le point 0 se trouve à la gare Saint Lazare de Paris), la gare de Malaunay Le Houlme est géographiquement située sur la commune du Houlme. Cette situation fait l’objet pendant près d’un siècle de nombreuses querelles entre les 2 municipalités sur la dénomination exacte à donner à la gare : « Le Houlme », « Malaunay » ou « Malaunay Le Houlme » ? L’affaire va bien au-delà de la simple question d’amour propre. Dans la France du XIXe et du début du XXe où l’arrivée du chemin de fer apparaît comme un élément de modernité et d’ouverture au monde, la possession d’une gare à son nom constitue un véritable enjeu économique et politique pour les élus. Objet pendant longtemps de rivalités et de conflits entre les 2 communes industrieuses de Malaunay et du Houlme, c’est finalement la sagesse qui finit par l’emporter dans le dossier de la dénomination de la gare. Puisque aucune des 2 communes ne souhaite abandonner son nom au profit de l’autre c’est finalement la combinaison des 2 qui est enregistrée par les chemins de fer et l’administration. C’est sous la dénomination officielle de « Malaunay Le Houlme » que la gare continue de desservir dorénavant les communes de Malaunay et du Houlme.

 

A voir également

 

La Poste (1986) par T. Noviczky

Centre Fernand Léger (1988)

L'ancienne mairie (1889) a été réaménagée en 1990

A lire

 

La Normandie littéraire (1909) à partir de la page 142

 

A faire

 

Randonnée : La vallée du Cailly

 

 

Pour en savoir plus sur Le Houlme et ses environs, cliquez !!!